Cliquez sur les photos pour les agrandir
Cliquez sur les photos pour les agrandir
Cliquez
Cli
Cli
C
Cliquez sur les photos pour les agrandir
Cliquez sur les photos pour les agrandir
Cliquez
Cli
Cli
C
ACCUEIL ACCUEIL Page 2
TEMOIGNER AUJOURD’HUI
I
_
               Pourquoi la souffrance ?  Page 1 Pourquoi la souffrance ? Pourquoi Dieu n’a-t-il pas créé un monde parfait ? Page 1 Dieu est tout puissant ne peut-il empêcher le mal ? Page 1 Pourquoi Dieu a -t-il permis la souffrance et la mort du Christ pour que nous ayons la Vie éternelle? Page2 Comment vivre la souffrance dans la foi? Page 2   Pourquoi la souffrance ? Pourquoi Dieu n’a-t-il pas créé un monde parfait ?                    Reprenons nos origines, dans la Bible, au premier chapitre de la Genèse, on lit que Dieu jugea « bon » ce qu’Il a créé.. Il n’est pas écrit parfait, comme Lui est parfait mais bon pour le plan qu’Il a voulu. En d’autres termes, ce que Dieu a créé n’est pas Dieu. Qu’a-t-il créé ?Il a créé un monde invisible avant même le monde visible. « A l’instant où les astres furent créés, tous mes anges me glorifièrent à haute voix » (Jb 38, 7).Et un univers où l’homme prit place. Il les a créés par un débordement d’Amour, car Dieu est perfection d’Amour»    (1 Jn 4, 08) : Les anges (Hb 1.14) « esprits aux diverses fonctions,» puis les hommes , faits « à son image et selon sa ressemblance. » Genèse1.26,pour partager sa Vie avec lui, pour l’éternité.. Dans son dessein primordial, l’univers s’inscrit dans un bonheur, dans une harmonie, une paix, une unité où la souffrance et la mort sont exclues. Mais Dieu n’est pas un tyran, Il a donné à ses créatures la liberté de l’aimer ou de le refuser.. La perfection de la création aurait impliqué un tout statique, immuable, avec la liberté, la diversité des choix existe, donc des possibilités, des variantes du créé !La Bible n’est pas très explicite sur ce sujet, mais nous apprenons que Satan ( Lucifer, le diable)  (Ezéchiel 28 : 12-18)  décida par orgueil de se rebeller contre Dieu, afin de devenir l’égal de Dieu (Esaïe 14 : 12-14). Et donc refusa de l’adorer et de se soumettre à Sa Volonté, entrainant d’autres anges à sa suite. L’Homme sous l’influence de Satan, de même par orgueil, choisit de désobéir et avec sa désobéissance, l’harmonie, l’unité sont cassées avec Dieu mais aussi avec lui-même, les autres et la nature..Le péché est ainsi établi sur la terre, mettant: «une séparation entre vous et votre Dieu ; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face et l'empêchent de vous écouter ». Ésaïe 59:1-2 Péché dont on connait toutes les conséquences pour notre humanité . Imaginons un monde où tous les hommes seraient bons, vrais, charitables, soucieux de leurs prochains, quelle place aurait la souffrance ? Dieu est tout puissant ne peut-il empêcher le mal ?               Le péché est la privation du lien avec Dieu, avec toute perfection. Notre monde est un monde en devenir que Dieu accompagne. Car Il n’est pas indifférent à notre vie. Il connait tout de nous, de nos joies et de nos épreuves , la maladie, la mort, de nos limites et de nos péchés. -Certaines de nos souffrances sont dues  au péché que nous faisons mais certaines peuvent être aussi, à l’origine d’un Bien, permettant de se construire, de créer des liens plus solidaires avec les autres, d’établir une hiérarchie des valeurs .Dieu, comme un père attentif à ses enfants, est exigeant pour que nous fassions croître en nous courage, persévérance, compassion, gratuité....Le plan de Dieu consiste à ce que nous progressions vers plus d’humanité. -De même catastrophes naturelles, épidémies sont inhérentes à ce monde en gestation, mais comme des accidents, pour lesquels Dieu donne à l’homme la possibilité de s’en protéger. Mais force est de constater que nos sociétés choisissent d’autres priorités bien moins essentielles ! ! -Ainsi au terme du plan du Créateur, Dieu sera tout en tous .Dans l’Apocalypse Jean écrit :« Puis je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre avaient disparu ; et il n’y a plus de mer désormais. Et je vis la Cité sainte, la Jérusalem nouvelle, descendre du ciel d’auprès de Dieu, prête comme une fiancée parée pour son époux. Et j’entendis, venant du trône, une voix puissante qui disait : " Voici la demeure de Dieu avec les hommes : il demeurera avec eux, et eux seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux ; il n’y aura plus de mort, il n’y aura plus ni deuil, ni  gémissement, ni douleur, car le premier monde aura disparu. " Et celui qui siégeait sur le trône dit : " Voici que je rénove toutes choses " (Ap 21, 1-5). » -Pourtant dans sa grande Miséricorde, Dieu peut intervenir directement par des miracles , de guérison par exemple..Mais Dieu n’accomplit pas un miracle comme un magicien, au-delà de l’acte extra-ordinaire qui défie les lois de la nature, il s’agit d’ouvrir le cœur et l’intelligence de l’Homme à une autre dimension de son être. Dieu fait des miracles pour que l’Homme croit, pour qu’il se tourne vers Lui, pour qu’il se reconnaisse enfant du Père, pour qu’il s’abandonne à son amour et partage avec Lui la Vie éternelle. -Mais au-delà des miracles dont témoigne déjà l’Ancien Testament, Dieu pour ramener l’humanité déchue vers la plénitude de la déification, a envoyé son Fils..C’est là aussi un grand mystère de l’Amour.. c’est par le don de sa vie et sa Résurrection que nous sommes assurés de notre rédemption, et c’est par le retour du Christ à la fin des temps que le plan de Dieu pour nous sera pleinement accompli. -Mais Dieu agit aussi et se donne dans les sacrements institués par le Christ. De la naissance à la mort, le fidèle catholique bénéficie de la grâce divine par ces actes, ces signes efficaces de l’Amour du Père qui établissent une Alliance entre Lui et les hommes. Ces sacrements (les sacrements de l'initiation (baptême, confirmation, eucharistie), les sacrements de guérison (pénitence et réconciliation, l'onction des malades), les sacrements au service de la communion (le sacrement de l'Ordre, le Mariage) permettent aussi de lutter contre le péché, de fortifier la foi, personnelle, mais aussi dans la communion de l’Eglise et donc de combattre la souffrance. « Le sacrement est le signe qui remémore ce qui a précédé, à savoir la passion du Christ ; qui met en évidence ce qui s'opère en nous pas la passion du Christ, à savoir la grâce ; qui pronostique, je veux dire qui annonce à l'avance la Gloire à venir  » Saint Thomas d'Aquin (Somme Théologique Partie III, Question 60, Article 3). Ainsi Dieu ne nous laisse pas seuls face au mal, Il est toujours présent parmi nous, nous accompagne avec compassion, nous guide vers le bonheur éternel qu’Il nous promet, si nous acceptons d’être ses enfants.