Cliquez sur les photos pour les agrandir
Cliquez sur les photos pour les agrandir
Cliquez
Cli
Cli
C
ACCUEIL SOMMAIRE ACCUEIL ACCUEIL
TEMOIGNER AUJOURD’HUI
   TEMOIGNAGE DE EMAD BOLES FRANCO Un chrétien d’Irak
Inauguration de la grande bâche de 5m sur 3m : Solidarité avec les Chrétiens d'Orient Emad Boles Franco en gris au premier plan entouré à gauche par l'imam Ahmed Belgahzi et à droite du Père Thierry de Marsac curé de la Paroisse Saint Just de Bretenières et du Père Gabriel Clause, vicaire. Emad Boles Franco témoigne .. Les lycéens de l'aumônerie sont venus nombreux Présence aussi de nombreux chalonnais Carte d'Irak "On ne comprend pas pourquoi cette guerre!Les communautés s'entendaient bien" En juin, 10 000 personnes ont fui les bombardements de la ville chrétienne de Qaraqosh au Nord de l'Irak. Le 22 août 2014 1,2 millions d'Irakiens venant des villages occupés par l'Etat Islamique sont déplacés. Dans ces camps, des réfugiés irakiens, palestiniens, syriens, et turcs.. Les réfugies démunis de tout appréhendent l'arrivée de l'hiver.. En 2003 il y avait plus d'1 million de chrétiens en Irak aujourd'hui ils sont moins de 400 000! Le 13 août 2014 le Pape demande au Secrétaire Général de l'ONU de "tout faire" pour arrêter les violences en Irak causées par les djihadistes qui veulent créer un Etat où règnerait une version extrême de la Charia.Les églises d'Erbil sont pleines de réfug Un frère de Rimont pose une question.. Les jeunes ont été divisés en 3 groupes: 2°, 1° et terminale. Un jeune va poser une question.. Intervention du Père Thierry de Marsac curé de la Paroisse Saint Just de Bretenières.Une jeune lycéenne va poser une question.. Un jeune lycéen pose une question.. Intervention de l'imam de la mosquée du centre-ville de Chalon sur Saône Ahmed Belghazi qui s'est déclaré du côté des communautés injustement attaquées par l'Etat Islamique.. Emad Boles Franco  nous remercie pour notre solidarité..
Soirée Vendredi 10 octobre 2014 Cathédrale Saint Vincent
Cliquer sur les photos pour les agrandir                      Photos C.H
Emad le Chaldéen: témoin d’Irak 	Nous étions tous assis confortablement dans la cathédrale, quand l’abbé Thierry nous a invité à sortir sur le parvis pour inaugurer une bannière de soutien aux chrétiens d’Orient, élevée devant le tympan bien haut et bien visible depuis toute la place Saint-Vincent : il faisait déjà nuit mais ce n’était que le début de la soirée. D’après Emad, notre présence active est le service essentiel à rendre pour la cause des chrétiens d’Irak : c’était la conclusion d’un témoignage simple mais poignant de plusieurs heures, surtout fait de réponses à des questions après un bref exposé initial. 	Originaire comme la majorité des chrétiens d’Irak du nord du pays, région montagneuse à l’interface entre Kurdes et Arabes (tous musulmans sunnites), Emad, qui avait émigré depuis de nombreuses années (une épopée passant par Istanbul, la Grèce, l’Italie et enfin la France), n’en a que plus assidûment suivi la situation, toute sa famille étant restée sur place. Alors que les Peshmerga (l’armée kurde) barraient la frontière syrienne, ils se sont incompréhensiblement retirés devant Daesh (l’État islamique), découvrant de toute protection une quinzaine de villes chrétiennes (au premier rang desquelles Qaraqosh), très riches, peut-être même trop (les prix de l’immobilier se sont multipliés par mille depuis la chute de Saddam Hussein, sous lequel les chrétiens n’étaient pas inquiétés). Passé un délai d’ultimatum, les chrétiens qui n’avaient pas quitté la ville ont dû se convertir à l’islam, quand ils ne sont pas morts martyrs de leur foi. Pourtant, on entend dire que les salafistes ne sont pas l’islam, que les Frères Musulmans ne sont pas l’islam, que le Hezbollah n’est pas l’islam, que Daesh n’est pas l’islam… quel est le vrai islam ? 	La majorité de la population a fui dans des camps ou bien dans d’autres villes d’Irak, ou encore à l’étranger. Certes, la minorité chrétienne a toujours subi régulièrement (tous les cinquante ans environ) des brimades de la part des musulmans, mais les événements actuels sont sans précédent : alors qu’ils étaient bons citoyens, sans autre raison que leur confession, les chrétiens ont été dépossédés de tous leurs biens et chassés définitivement. Pour qui veut rester, il faut repartir du néant sans perspective d’amélioration pour les générations futures. Mais le témoignage d’Emad a fini avec le chant du Notre Père en araméen.                                       Edouard B ACCUEIL ACCUEIL SOMMAIRE SOMMAIRE